Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
COMMUNIQUER dans le jardin de Rosalia

Le Laboureur et ses enfants, une des fables de Jean de La Fontaine

25 Mars 2016 , Rédigé par Rosalia Publié dans #TRANSMETTRE, #une connaissance

UNE ILLUSTRATION DE CETTE FABLE

UNE ILLUSTRATION DE CETTE FABLE

Par Codex (Travail personnel) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

" Le Laboureur et ses enfants est la neuvième fable du livre V de Jean de La Fontaine situé dans le premier recueil des Fables de La Fontaine, édité pour la première fois en 1668.

Travaillez, prenez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un trésor est caché dedans.
Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
Vous le fera trouver, vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fa
it l’Oût.
Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.
Le père mort, les fils vous retournent le champ
Deçà, delà, partout ; si bien qu’au bout de l’an
Il en rapporta davantage.
D’argent, point de caché. Mais le père fut sage
De leur montrer avant sa mort
Que le travail est un trésor.

(Jean de La Fontaine, Fables de La Fontaine, Le Laboureur et ses enfants "

MERCI A MA MERE qui m'a si souvent répété ces mots durant mon enfance: "Travaillez prenez de la peine c'est le fonds qui manque le moins ".

Elle avait appris à l'école primaire cette fable ( surement par coeur afin de pouvoir la réciter ).Elle en avait compris la morale et a voulu , tel le laboureur, me laisser celle-ci en héritage: " le travail est un trésor ".

C'est pourquoi au lieu de me dire simplement " courage " quand je devais effectuer un travail, elle me répétait le début de cette fable.

Le laboureur laissa en héritage à ses enfants des terres, pour qu'ils s'enrichissent pécuniairement.

Ma mère, n'ayant pas d'argent à m'offrir, a voulu me donner en héritage des valeurs morales, pour que je m'enrichisse spirituellement dès le plus jeune âge.

Elle accomplit ainsi un de ses devoirs de mère: m'éduquer et m'instruire.

Son travail fût un trésor à la valeur inestimable.

Elle fût sage, tel le laboureur.

Et m'offrit même bien des années plus tard, un superbe livre contenant TOUTES les fables de Jean de La Fontaine avec des illustrations de Gustave Doré, que j' ai encore en ma possession, et que j'eu le courage de recouvrir immédiatement d'une couverture plastifiée pour le protéger.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article